Vichy > Son patrimoine > Hôtel Astoria


Hôtel Astoria

Hôtel Astoria - VICHY UNESCO

Construit en 1909, l’Astoria Palace se distingue par son architecture en éperon. Son implantation stratégique en bordure sud-est du parc des Sources et sa façade principale en « proue de navire » font de lui un véritable emblème de la cité thermale.

Carte postale, vers 1900  (Fonds patrimoniaux Ville de Vichy)

L’emplacement de l’Astoria était occupé dès le milieu du XIXème siècle par un Hôtel Sornin régulièrement mentionné dans les guides (Cf. Vichy et ses environs de 1854) et divers plans de la cité thermale.

Carte postale, vers 1908  (Fonds patrimoniaux Ville de Vichy)

Un emplacement très attractif

Sa situation privilégiée à la jonction du Vieux-Vichy et du Vichy Thermal naissant lui vaut d’être racheté par Monsieur Costa Tixier. Il va acquérir l’hôtel voisin auquel il l’annexe en 1888, pour constituer un seul établissement rebaptisé Grand Hôtel Bonnet et de la Restauration. Dénommé Hôtel de la Restauration et Saint-James en 1905, ses bâtiments sont démolis trois ans plus tard. Léon Soalhat, déjà propriétaire de L’International tout proche, devient le maître du lieu en 1908. La Société Générale décide de s’installer au rez-de-chaussée du nouvel immeuble qu’elle occupe dès 1909, tandis que l’Astoria Palace ouvre ses portes en 1910. C’est l’architecte moulinois René Moreau qui est à l’origine de l’édifice. Bien présent dans le paysage vichyssois, il œuvra par la suite à la construction du Thermal Palace (actuel Aletti) puis de l’hôtel Carlton.

Carte postale, vers 1910  (Fonds patrimoniaux Ville de Vichy)

L’archétype des palaces vichyssois 

« La hauteur de l’Astoria, bâtiment de style Art Nouveau doté de six étages, ainsi que son énorme coupole surmontée d’un épi de faîtage impressionnant, ont immédiatement marqué les esprits. » Natif de Vichy dont l’architecture remarquable le passionne, Pierre Marseille apprécie tout particulièrement l’Astoria. 

Aux yeux du secrétaire de l’association Vichy Art Déco, « l’Astoria représente l’archétype des palaces vichyssois de la Belle Époque, tant par ses prestations, son confort et ses volumes, que par ses décors luxueux au sein desquels les ferronneries d’Eugène Goujon se distinguent. » La porte d’entrée en verre galbé à l’armature en fer forgé, la rampe d’escalier aux lignes novatrices, sans oublier les balcons, bénéficient du savoir–faire du ferronnier d’art de Dompierre-sur-Besbre. « Détail intéressant, les frontons des du toit marquent avec délicatesse la façade de leur empreinte Art Nouveau, style en vogue à l’époque.»

Une clientèle haut-de-gamme investit rapidement l’Astoria Palace où elle peut profiter « du raffinement intérieur et d’équipements modernes, tels que le chauffage ou les ascenseurs. Dans les années 20, sa décoration se voit enrichie de somptueuses boiseries Art Déco. »  L’originalité de sa distribution s’avère liée à la présence des bureaux de la Société Générale au rez-de-chaussée : le hall et les pièces de réception se trouvent à l’entresol, tandis que le restaurant est aménagé au premier étage pourvu d’une meilleure luminosité. Quatre colonnes doriques portant son plafond à caissons renforcent l’impression d’espace des convives. 

(Fonds patrimoniaux Ville de Vichy)

Un lieu de passage toujours incontournable 

Réquisitionné pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’Astoria abrite notamment l’Office de Tunisie en 1942. Mettant fin à ses activités hôtelières en 1977, il est vendu sous forme d’appartements, le rez-de-chaussée restant dédié au commerce via plusieurs boutiques. 

À l’âge d’or de la pratique de la promenade par des curistes entre deux prises d’eaux, l’Astoria Palace – alors à la croisée de la place Victor Hugo et de la rue de Nîmes- a véritablement pignon sur rues… L’immeuble délimite actuellement l’avenue Wilson et la rue Georges Clémenceau, confortant ainsi sa position d’entrée des quartiers thermal et commercial. « Sa position entre le quartier des sources et l’hyper centre-ville constitue aujourd’hui encore un centre, voire le centre névralgique de la Reine des Villes d’eaux. »     

« Présent dans le cœur de tous les Vichyssois, l’Astoria est devenu le « monument » privé le plus photographié de la cité thermale. » Il figure à juste titre sur plusieurs des affiches promotionnelles de la Ville, notamment celles signées par Monsieur Z. 


Partagez sur :