PRÉC
SUIV

LE PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO

Certains biens de notre patrimoine culturel et naturel sont inestimables et irremplaçables, voilà pourquoi a été créée en 1972 la convention du patrimoine mondial de l'Unesco. Ils ont une valeur universelle exceptionnelle pour l'Humanité qu'il faut protéger, conserver et transmettre aux générations futures.

Sous le nom des Great Spas of Europe (GSE), les 11 villes les plus représentatives du thermalisme européen se sont réunis pour défendre une candidature commune à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Ces villes doivent démontrer leur Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE) et satisfaire au moins à l'un des dix critères de sélection. La candidature des Great Spas of Europe s'appuie sur quatre d'entre eux. À ce titre, ces 11 villes constituent un témoignage exceptionnel...

Critère II

01

INFLUENCE SUR LES VILLES EUROPÉENNES MODERNES

Critère III

02

« PRENDRE LES EAUX » : SANTÉ ET SOURCES THERMALES

Critère IV

03

UNE TYPOLOGIE URBAINE UNIQUE

Critère VI

04

VECTEURS DE CULTURE TRANSNATIONALE

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe constituent le témoignage des importantes idées novatrices des villes d’eaux qui ont influencé le développement des villes européennes modernes, du 18e au début du 20e siècle, ainsi que des échanges d’idées et de valeurs dans le développement de la balnéologie, de la médecine, des arts et des loisirs.

La circulation très précoce des idées, des coutumes, des modèles architecturaux, des innovations médicales et des acteurs des villes d’eaux s’est distinguée par une grande capacité à surmonter les frontières géographiques. Cependant, les villes d’eaux étaient à la recherche d’avantage compétitif et observaient les développements des villes thermales à la pointe afin d'adopter les dernières découvertes et évolutions.  Elles étaient promptes à offrir de nouvelles installations aux curistes ainsi que les dernières tendances en matière de services thermaux. Cela a influencé la popularité et le développement des villes d’eaux et de la balnéologie dans d’autres parties du monde.

Les villes thermales sélectionnées, édifiées autour de sources minérales naturelles curatives, reflètent différents processus de développement influencés par différents facteurs géopolitiques et économiques ; certains se caractérisent par un engagement de l’État et d’autres par celui d’entreprises privées. Les villes d’eaux ont été améliorées régulièrement et leurs infrastructures ont été adaptées face aux évolutions de la science et des services médicaux, aux changements socio-économiques, à l’augmentation du temps libre et à la demande des visiteurs en matière de cure et de détente.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe sont devenues des centres d’expérimentation, contribuant à l’essor du mouvement des Lumières au 18e siècle qui a radicalement transformé l’attitude qui prévalait à l’époque vis-à-vis de la science, de la médecine, de la nature et de l’art. Ces évolutions ont influencé la création et la conception de nouveaux lieux et bâtiments cosmopolites, destinés à la rencontre et aux échanges, ainsi que des innovations d’importance internationale.  De célèbres architectes nationaux et internationaux y ont conçus des bâtiments.

Les villes ont été conçues pour respecter et s’intégrer dans la nature, offrant des lieux de séjour et de détente avec des soins de santé proposés en fonction des moyens et des préférences des visiteurs. La culture thermale et la recherche du bien-être ont étendus l’influence des Grandes Villes d’Eaux d’Europe quant au développement d’autres stations thermales, de stations balnéaires, de stations climatiques et complexes de jeux à travers le monde.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe témoignent de manière exceptionnelle de l’attention portée à la santé humaine qui s’est développée autour des sources minérales naturelles en Europe et de la culture cosmopolite caractéristique des villes d’eaux, créées par un phénomène culturel et social remarquable qui a fleuri du 18e siècle jusqu’au début du 20e siècle et qui continue à prospérer aujourd’hui encore en tant que tradition vivante.

Les villes d’eaux étaient des lieux remarquables pour la réception et la transmission des tendances transnationales et des valeurs des Lumières. Elles ont imposé un nouveau mode de relations entre les européens, entre les classes mais aussi entre les hommes et les femmes. Les villes d’eaux assurent, malgré les aléas politiques, une forme de continuité d’un idéal culturel et social transnational, un véritable patrimoine européen mû par l’esprit les Lumières. Elles ont encouragés de nouvelles pratiques dans le domaine de l’accueil et sont devenues des références en la matière.

Les villes d’eaux européennes se distinguent par leur « cure thermale », une combinaison d’aspects médicaux (se baigner, boire, inhaler) et de loisirs, y compris des divertissements et des activités sociales (jeux d’argent, théâtre, musique, danse) ainsi que des exercices physiques et du sport, dans un paysage thermal thérapeutique en plein air. Au 18e siècle, la balnéologie était devenue une discipline médicale à part entière. Au même moment, les Grandes Villes d’Eaux d’Europe étaient à l’avant-garde du développement des vacances thermales axées sur la « cure thermale », les divertissements, les loisirs, dans un cadre où le paysage naturel se fondait naturellement dans le tissu urbain. Ces destinations de villégiature attirèrent tout d’abord l’aristocratie, puis les classes moyennes ambitieuses et en plein essor, issues de nations européennes en voie d’industrialisation et de plus en plus riches. Elles sont devenues des lieux avec un rayonnement culturel international ; des prototypes d’une industrie touristique européenne naissante, gérées de manière à offrir une expérience à la fois paisible et agréable. Conjointement, Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe constituent un témoignage important des progrès de la médecine, opérés par les médecins, les chimistes et les balnéologues des villes d’eaux. À partir du 18e siècle, les villes d’eaux ont été pionnières dans le diagnostic et la prescription de nouveaux traitements, d’un régime alimentaire sain et d’exercices physiques.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe sont un exemple exceptionnel d’aménagement urbain organisé autour des sources minérales naturelles et dédié à la santé et aux loisirs. Leur valeur en tant que modèle urbain est fondamentale. A la différence d’autres types d’aménagements datant du 18e siècle, ces villes combinent, fonctionnellement, visuellement et économiquement, architecture, urbanisme et aménagement paysager avant-gardistes au sein d’environnements urbains et naturels.

Ces villes d’eaux, avec leurs quartiers thermaux et leurs quartiers périphériques, sont intégrées aux paysages qui les entourent, le tout géré pour favoriser la santé et encore utilisé aujourd’hui pour la cure et les loisirs. Des bâtiments de grande qualité, spécifiquement conçus pour la fonction thermale, déterminent le caractère des villes, dont un grand nombre a été dessinés par d’éminents architectes. Ceux-ci ont servi d’exemple pour des bâtiments thermaux similaires en Europe et dans le monde.

La composition typique de la ville d’eaux comprend des buvettes, halls destinés à consommation de l’eau thermale, « kurhaus », colonnades et galeries, salons, établissements de bains et de soins, hôpitaux, sanatoriums, casinos, salles de concert et de théâtre, églises de diverses confessions et infrastructures complémentaires le tout intégré au sein d’un environnement verdoyant de parcs, jardins, terrains de loisirs, promenades et sentiers dans les bois.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe présentent un caractère international remarquable de réputation mondiale. Elles constituent un témoignage exceptionnel d’une tradition culturelle vivante, celle des villes d’eaux européennes. Le cosmopolitisme est inhérent à toutes les villes d’eaux de la série et de nombreux visiteurs se sont rendus dans plusieurs villes du groupe proposé. Les villes d’eaux sont devenues des « vecteurs d’une culture transnationale » ; points nodaux d’un réseau international destiné à la santé et aux loisirs. Par conséquent, la fréquentation des villes d’eaux a pris une part importante dans la naissance du tourisme moderne, constituant un héritage du 18e siècle qui a survécu jusqu’au 19e siècle malgré la montée des nationalismes. Dans ce contexte les villes d’eaux y ont joués un rôle d’espaces neutres.

Les attributs tangibles des Grandes Villes d’Europe sont associés, et directement liés, à des idées et des réalisations exceptionnelles dans les domaines social, politique, médical, scientifique et culturel. Ces développements ont contribué à façonner les traditions et les idéaux démocratiques européens du 18e siècle jusqu’au début du 20e siècle. En tant que lieux et centres de rencontre internationaux, les villes d’eaux accueillaient fréquemment des scientifiques, des artistes et des humanistes, ainsi que des réunions de dirigeants européens, d’hommes politiques, de diplomates, d’élites nationales et de la haute société internationale.

Les villes reflétaient l’esprit des Lumières, y compris en termes de tolérance religieuse, ce dont atteste la présence d’églises de différentes confessions dans toutes les villes de la série. Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe ont joué le rôle de « salons et capitales d’été de l’Europe » où les anciennes barrières entre classes et genres étaient assouplies  et où une liberté et une égalité communes caractérisaient le climat social progressiste.

Ces lieux de villégiature étaient des sources d’inspiration d’œuvres artistiques et littéraires de portée universelle. Ils ont accueilli la création de nombreuses œuvres, conçues, interprétées ou exposées pour la première fois par des compositeurs et des musiciens, des écrivains et des poètes, des peintres, des sculpteurs et des architectes. Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe ont contribué à une transformation de la société qui a permis de réduire le fossé entre les élites et les classes moyennes en plein essor et ont également soutenu de manière considérable le développement d’une bonne société européenne multiculturelle, reconnue aujourd’hui. Hormis les grandes capitales européennes, aucune autre ville n’a offert une telle diversité d’échanges culturels mondiaux au cours de cette période.

HAUT