Un bien transnational

Les grandes villes d’eaux d’Europe apportent un témoignage exceptionnel sur le phénomène du thermalisme européen qui connut son apogée entre 1700 environ et les années 1930.

Ce bien en série transnational comprend onze villes d’eaux situées dans sept pays : Bad Ems, Baden-Baden, Bad Kissingen (Allemagne) ; Baden bei Wien (Autriche) ; Spa (Belgique) ; Vichy (France) ; Montecatini Terme (Italie) ; Ville de Bath (Royaume-Uni) ; Františkovy Lázně, Karlovy Vary, Mariánské Lázně (République Tchèque). Toutes ces villes se sont développées autour de sources d’eau minérale, qui ont été le catalyseur d’un modèle d’organisation spatiale dédié aux fonctions thérapeutiques, récréatives et sociales.

Elles comprennent toutes des ensembles de bâtiments thermaux tels que des bains, des kurhaus et des kursaal (bâtiments et salles dédiés à la cure), des salles de pompage, des halls des sources, des colonnades et des galeries, conçus pour exploiter les ressources en eau et les utiliser pour les bains et les cures d’eau thermale. La cure consistant à « prendre les eaux » comprend les soins thermaux complétés par des activités physiques de plein air, sociales et de loisirs nécessitant des installations pour les visiteurs, telles que des salons de réunion, des casinos, des théâtres, des hôtels, des villas et des infrastructures connexes, le tout intégré dans un paysage thérapeutique et récréatif verdoyant composé de parcs, de promenades en forêt, d’installations sportives, de points de vue et de panoramas.

Inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, ces villes démontrent leur Valeur Universelle Exceptionnelle et satisfont à deux critères parmi les dix critères de l’UNESCO.

Critère (ii) :

Les grandes villes  d’eaux d’Europe présentent un important échange d’idées innovantes qui  ont  influencé  le  développement  de  la  médecine,  de  la balnéothérapie  et  des  activités  de  loisirs  entre  1700 environ  et  les  années  1930.  Cet  échange  s’exprime matériellement par une typologie urbaine centrée sur les sources minérales naturelles et consacrée à la santé et aux  loisirs.  Ces  idées  ont  influencé le développement des villes d’eaux à  travers  toute  l’Europe  et  dans  d’autres  parties  du monde. Le  bien présente des exemples importants d’architecture thermale  tels  que  les  salles  de  cure, les salles de pompage, les halls des sources,  les  colonnades  et  les  galeries, conçues pour exploiter les ressources naturelles en eau minérale et les utiliser pour les bains et les cures d’eau thermale.

Critère (iii) :

Les grandes villes  d’eaux d’Europe constituent un témoignage exceptionnel sur le phénomène  thermal  européen,  qui  trouve  ses  racines dans  l’Antiquité,  mais  qui  a  connu  son  apogée  entre 1700 environ et les années 1930. « Prendre les eaux », que ce soit de manière externe (par le bain) ou interne (par la boisson et l’inhalation), impliquait un programme quotidien très structuré, en association avec des aspects médicaux et de loisirs,  ainsi  que  la pratique  d’un  exercice  physique  en  plein  air  dans  un environnement thermal thérapeutique. Ces paramètres ont directement influencé la configuration  spatiale  des  villes  d’eaux  ainsi  que  la forme et la fonction de l’« architecture thermale ».