Une candidature transnationale

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe constituent un témoignage exceptionnel du phénomène européen des villes d’eaux.  Phénomène urbain, social et culturel, complexe dont les origines remontent à l’Antiquité, il a atteint son apogée entre 1700 et les années 1930. Ces lieux de villégiature mondains, dédiés à la santé, aux loisirs et aux rencontres étaient les seuls en Europe à concurrencer les grandes métropoles sur le plan culturel. Ils ont donné lieu à une nouvelle typologie urbaine qui occupe une place importante dans l’histoire architecturale et sociale de l’urbanisme, ainsi que dans celle du tourisme moderne naissant.

Une proposition d’inscription commune est nécessaire pour saisir la géographie de ce réseau de villes d’eaux, son échelle géopolitique historique ainsi que la diversité de son histoire et de ses styles. Chaque ville d’eaux s’est développée autour de sources géothermiques et minérales naturelles « curatives » qui, en fonction de leurs qualités variées, étaient prescrites pour des pathologies spécifiques. Les sources ont servi de catalyseur à un développement urbain novateur.

L’architecture thermale comprend les bains, les buvettes, les halls destinés à la consommation d’eau thermale, les installations médicales, les colonnades et les galeries, le tout conçu pour exploiter les ressources d’eau minérale naturelle et permettre son utilisation pour le bain et la boisson. La « cure » était agrémentée par des salons de conversation, ainsi que par des lieux de divertissement et d’autres équipements destinés aux curistes, tels que des casinos (les jeux étaient très répandus dans toute l’Europe et jugés comme essentiels aux villes d’eaux), des théâtres, des hôtels et des villas. Tous ces éléments sont intégrés dans un contexte urbain plus large qui inclut un environnement récréatif soigneusement géré et composé de parcs, de jardins, de promenades, d’installations sportives, de sentiers et de promenades dans la forêt.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe représentent le développement le plus remarquable de l’utilisation médicale traditionnelle des eaux de sources minérales par les médecins des Lumières à travers l’Europe. Cet héritage thérapeutique a eu un impact profond sur le développement des villes, leur popularité et leur économie et, plus largement, sur les avancées en matière de santé et de bien-être. La bien proposé pour l’inscription comprend les lieux de villégiature urbains les plus vastes, les plus dynamiques et les plus prospères, avec une dimension mondaine à vocation internationale.

Leur contribution au développement de la bonne société européenne se caractérise, sous la forme d’un patrimoine immatériel, par des lieux ayant été le théâtre d’événements politiques majeurs ou par leur atmosphère créative particulière qui a inspiré des œuvres de haute valeur musicale, littéraire et picturale, dotées d’une Valeur universelle exceptionnelle.

Les Grandes Villes d’Eaux d’Europe ont réussi à conserver leur fonction originale et à préserver leur atmosphère immuable. Elles conservent leur fonction de lieux de cures pour le corps et l’esprit qui continue de contribuer à la culture, aux comportements et aux coutumes européennes.

Ces villes doivent démontrer leur Valeur Universelle Exceptionnelle et satisfaire au moins à l’un des dix critères de sélection. La candidature des Great Spas of Europe s’appuie sur quatre d’entre eux.

CRITÈRE II

Influence sur les villes européennes modernes

CRITÈRE III

« Prendre les eaux » :
santé et sources thermales

CRITÈRE IV

Une typologie urbaine unique

CRITÈRE VI

Vecteurs de culture transnationale

En poursuivant votre navigation sur ce site www.vichy-patrimoine-mondial.com, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour vous offrir une meilleure expérience utilisateur et pour mesurer l'audience de ce site Internet. En savoir plus